Electrique, GPL, GNV : la France au ralenti

Le plaisir automobile au quotidien est en berne… D’ailleurs, le marché automobile hexagonal carbure de plus en plus au « mazout » : avec 72,6 % des ventes en 2011, les modèles diesel supplantent ceux carburant au sans plomb, qui ne représentent désormais que 25,8 % du marché neuf. Les quelques miettes restantes, moins de 1,6 %, regroupent les automobiles dites « propres », hybrides, fonctionnant aux carburants alternatifs ou à l’electricité. Et ces dernières sont souvent réservées aux flottes d’entreprises ou aux administrations. Oui, le lobby des pétroliers s’avère très puissant.

Les pétroliers distribueront-ils un jour de l’électricité ?

Selon le site autoactu.com, l’offre automobile neuve motorisée en GPL (gaz de pétrole liquéfié, composé principalement de butane et de propane) ou GNV (gaz naturel véhicule, composé à environ 95% de méthane) se réduit comme peau de chagrin. Le site d’information automobile professionnelle révèle qu’aucun modèle au GNV et seulement 212 fonctionnant aux GPL ont été immatriculés au mois de janvier 2012. Avec 163 modèles écoulés, la Dacia Sandero reste la star incontestée en catégorie GPL en janvier, soit 0,14 % du marché. Les véhicules hybrides sont en revanche en progression, notamment grâce à l’offre de Peugeot :  la 3008 HYbrid4 caracole en tête du segment en janvier avec 272 unités, devant les Toyota Auris (225 modèles écoulés) et Prius (132 immatriculations).

Toyota Auris hybride : un relatif succès en France.

Toutes proportions gardées, la progression des ventes de voitures électriques en France s’avère plus remarquable, avec 311 voitures. Mais appréciez l’aspect artificiel du chiffre : la -heum, superbe ?-Bolloré domine les débats avec 153 BlueCar écoulées (Ce sont les fameuses Autolib, donc pas des autos vendues à des particuliers). Les autres récoltent des miettes :  Peugeot (35 iOn), Renault (31 Fluence) ou Citroën (13 C-Zéro) ne sont pas à la fête. Enfin, dans le segment du superéthanol, les immatriculations ont été multipliées par 5, à 645 unités, soit 0,4 % du marché. Ces différentes motorisations représentent environ 1,5 % des immatriculations de janvier.

Peugeot Ion. Une pure citadine pas très prisée du grand public…

2 réflexions au sujet de « Electrique, GPL, GNV : la France au ralenti »

  1. Bonjour,
    Pourquoi total est le plus cher ?
    Fermeture GPL Avignon salon marseille rue lyon Pourquoi ?
    A quand les stations 24/24 etant donné que cela est maintenant autorisé.
    Allemagne 6500 stations combien en france ?
    Allemagne – de 50000 vehicules en 2005 460 000 en 2012 prevu 1 000 000 prevu 2015.
    Que faites vous pour la promotion de ce carburant qui n’émet pas de no2 ?
    Ma famille 5 véhicules GPL depuis 6 ans.
    l’écologie et l’économie ca compte
    Quand pensez vous ?
    Cordialement
    Eddie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *