Vacances studieuses pour la Jaguar C-X75 !

Jaguar C-X75

Jaguar C-X75

Alors que la France commence tout juste à s’extirper de la torpeur estivale, j’apprends que nos amis britanniques n’ont pas eu le temps de s’ennuyer cet été ! Il ne sera pas ici question de Jeux Olympiques (quoique de sport, un peu…), mais bel et bien de nouvelles intéressantes concernant l’avancement du plus prometteur projet Jaguar : la concrétisation en série du concept-car hybride à hautes performances C-X75. Car pendant que vous et moi nous promenions appareil photo autour du cou et guide touristique en mains, les ingénieurs Jaguar ont sérieusement bossé et démarré les premiers prototypes. Au passage, la fiche technique de la C-X75 a passablement évolué, se préparant à une production en 2014.

En ce moment, Jaguar fait beaucoup parler d’elle pour l’imminente arrivée du roadster F-Type, qui devrait être dévoilé au prochain Mondial de l’Automobile. Ce nouveau modèle sera à n’en point douter capital pour élargir l’audience de la marque et rajeunir son public. Mais, en coulisses, Jaguar s’active sur un autre projet, encore plus exclusif et emblématique : la supercar hybride C-X75.

Jaguar C-X75

Jaguar C-X75

Souvenez-vous : il y a deux ans, Jaguar fêtait ses trois quarts de siècle en dévoilant au salon de Paris le concept-car C-X75. Véritable sensation du Mondial 2010, le prototype reçoit un accueil pour le moins enthousiaste du public. Si bien que quelques mois plus tard, Jaguar décide de produire l’auto en petite série !

Mais, pour réaliste (et roulant) qu’il soit, passer d’un concept-car à un modèle de série n’est pas une mince affaire. Et même lorsque chacun des 200 exemplaires prévus doit être facturé environ un million d’euros aux heureux clients, développer un modèle inédit sur une enveloppe budgétaire somme toute restreinte n’est pas une mince affaire !

La Jaguar C-X75, comment ça marche ?

La Jaguar C-X75, comment ça marche ?

Il a donc fallu faire des choix… parfois difficiles. Le concept-car utilisait ainsi d’innovantes micro-turbines pour générer son électricité une fois les batteries vidées, turbines dont les versions de série ne disposeront pas. En lieu et place, elles se contenteront d’un classique moteur thermique… à 4 cylindres. Oui, mais pas n’importe quel 4 cylindres : ce bloc 1,6 litre inédit disposera en effet d’une double suralimentation (compresseur + turbo) et sera capable de tourner à… 10 000 tr/min. Un vrai moteur de course, qui, si l’on en croit Jaguar, développera « plus de 500 chevaux » !

La Jaguar C-X75 de série embarquera 200 kilos de batteries Lithium-Ion dernier cri, qui lui permettront de rouler 60 kilomètres sur la seule puissance électrique. Une puissance déjà respectable, puisque le cahier des charges dicte un 0 à 100 km/h en moins de 6 secondes en mode 100% électrique. À noter que la C-X75 se dotera d’un moteur électrique par essieu, faisant de facto d’elle une supercar à 4 roues motrices… un peu comme sa rivale numéro 1, la Porsche 918 Spyder. Le moteur thermique n’agira, pour sa part, que sur les roues arrière.

Lorsque les batteries seront chargées, il sera bien évidemment possible de faire fonctionner les trois moteurs simultanément. Dans ce mode, la Jaguar C-X75 sera capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 3 secondes, de 0 à 160 km/h en moins de 6 secondes, et de dépasser les 320 km/h en vitesse de pointe.

Jaguar C-X75

Jaguar C-X75

Jaguar a déjà construit trois prototypes qui roulent dans le secret le plus absolu depuis le début de l’été. Et, vu la complexité de l’auto, gageons que les ingénieurs auront du pain sur la planche pour livrer l’auto en temps et en heure ! Les vacances sont bel et bien terminées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *