Mercedes-AMG voit l’avenir avec quatre roues motrices

Mercedes-AMG

Mercedes-AMG

S’il est une réussite qui fait rêver tous les constructeurs, quels qu’ils soient, c’est bien celle d’Audi. Propulsée en 30 ans du statut de marque généraliste à celui de spécialiste du haut de gamme définissant les standards de l’industrie, la firme d’Ingolstadt a fini par influencer ses rivales directes, que sont BMW et Mercedes. Ainsi, la première n’a jamais vendu autant de modèles à quatre roues motrices xDrive (environ une vente sur trois), tandis que la seconde a brisé un tabou lors du récent restylage de la Classe E, en livrant pour la première fois une E 63 AMG dotée de la transmission intégrale. Une tendance qui devrait s’affirmer chez la division sportive de Mercedes…

Chez Mercedes, l’adoption de la transmission intégrale ne date pas d’hier : dès 1986, les Classe E W124 se dotaient du système 4Matic afin de séduire les montagnards désireux de rouler dans une berline à l’Étoile, mais effrayés à l’idée de devoir jouer les Kankkunen à chaque montée de col hivernale. À l’époque, tout le monde adopte les quatre roues motrices sur les berlines de père de famille, avec des labels aussi variés que « xi », « X4 », « Quadra » ou tout simplement « 4X4 », suivant déjà l’exemple des Audi Quattro.

Mercedes W124 4Matic

Mercedes W124 4Matic

Justement, si l’Audi Ur Quattro originale avait des allures de curiosité pour amateurs de technologie exotique, elle posa les jalons de ce qu’allaient être toutes les Audi sportives à l’avenir, en conciliant puissance élevée et domestication facile grâce aux quatre roues motrices, gages de performances « tous temps » aisées d’accès même pour le pilote néophyte. Le lancement en 1994 de l’Audi RS2 marquera la concrétisation de cette philosophie, tout en inaugurant le label RS.

Audi RS2 Avant (1994)

Audi RS2 Avant (1994)

Depuis, la gamme de sportives Audi a fait florès, au point que les concurrents se sentent menacés ! Ainsi, Mercedes s’est senti obligé de décliner ses derniers modèles AMG en version 4Matic. La E 63 AMG Break ainsi que la S 63 AMG Limousine ne sont mêmes disponibles qu’en version à quatre roues motrices, en rupture complète avec les précédents modèles. Et les nouvelles A 45 AMG et CLA 45 AMG, construites sur des plate-formes conçues pour la traction avant, n’existent également qu’en 4Matic.

La Mercedes CLA 45 AMG n'existe qu'en quatre roues motrices.

La Mercedes CLA 45 AMG n’existe qu’en quatre roues motrices.

Si l’on en croit les déclarations de Tobias Moers, le nouveau PDG de Mercedes-AMG, à un média australien, le moins que l’on puisse dire, c’est que la clientèle adhère au concept : « Sur les marchés où nous proposons les deux variantes de E 63 AMG [propulsion et intégrale], plus de 90 % des clients choisissent la version intégrale », explique-t-il. « Celle-ci est tellement facile à conduire, et elle a toujours les gènes AMG, donc elle reste amusante à conduire ».

Le break E 63 AMG n'est disponible qu'en 4Matic

Le break E 63 AMG n’est disponible qu’en 4Matic

Autant dire qu’à ce train-là, les Mercedes-AMG à deux roues motrices risquent de se faire rares ! Au point d’être définitivement reléguées aux oubliettes ? Pas sûr ! « Je pense qu’il restera toujours une place pour les voitures à roues arrière motrices », ajoute Tobias Moers. « Sur un modèle réellement orienté circuit, ce n’est pas un obstacle d’avoir toute la puissance sur l’arrière. Parce qu’en propulsion, vous ne compromettez pas le train avant. »

Mercedes SLS AMG Black Series

Mercedes SLS AMG Black Series

On imagine en effet mal une SLS AMG en quatre roues motrices (même si c’est le cas de l’exotique SLS AMG Electric Drive) ! De la même manière, on peut supposer que les AMG les plus extrêmes, habituellement regroupées sous le label « Black Series », resteront de pures propulsions. Mais le reste de la gamme AMG suivra définitivement l’exemple Audi…

6 réflexions au sujet de « Mercedes-AMG voit l’avenir avec quatre roues motrices »

  1. Cet article est intéressant et ne fait que dresser un constat logique : autant de puissance est plus facile à canaliser en 4 roues motrices qu’en propulsion. La peur de déraper lors d’un virage sur sol mouillé pousse les acheteurs vers cette technologie qui ne date pas d’hier. Même si les aides électroniques sont nombreuses et malgré tout le plaisir qu’elle apporte, une propulsion accouplé à un moteur très puissant est une sorte de bombe à retardement pour un néophyte.

  2. Dire que c’est Audi qui influence BMW et Mercedes est absolument ridicule.
    BMW est actuellement le constructeur Premium numéro 1 en France et dans le monde, et n’a donc rien à apprendre d’Audi concernant le développement marketing. BMW est aussi considéré actuellement par des analystes très sérieux et le Forbs, comme étant aujourd’hui la marque la plus puissante au monde rien que ça… c’est donc actuellement plutôt la marque Bavaroise qui influence les autres.
    Mercedes se BMise constamment et cherche à rajeunir et « sportiviser » sa gamme, quand Audi de son coté tente de rendre ses modèles plus amusant à conduire et plus agiles, plus propultion en fait… et essaye d’atténuer le coté pataud de ses modèles souffrant de sous virage avec leur architecture du moteur en placé porte à faux avant (RS compris).
    La preuve en est avec la R8 qui est la meilleure Audi et qui est justement salué par beaucoup pour son agilité très propultion ayant une répartition de la puissance axé sur l’arrière plus que sur le train avant, lui donnant un côté plus joueur en plus de son équilibre naturel du au moteur central arrière.
    BMW et Mercedes possèdent eux aussi d’exellents analystes marketing, et si ces personnes se rendent compte que leur marque respective peut gagner des parts de marché avec des modèles AMG ou M en 4 roues motrices, et s’il est prouvé que de développer de tels modèles soit commercialement logique et rentable, alors ils seront fabriqué c’est certain !
    Si BMW sort bientôt des modèles traction avant allant à l’encontre de ses principes, c’est parce qu’il y a un réel marché pour ces modèles.
    Si BMW tarde à sortir une Supercar concurrente de la SLS et de la R8, c’est parce que celle-ci n’était pas vraiment justifié et rentable commercialement parlant… ce qui prouve bien encore une fois que BMW ne se laisse pas guidé par une surenchère d’orgueuil ou pour faire comme Audi.
    C’est donc bien l’évolution du marché qui dicte sa loi et non la marque aux anneaux et ses modèles qui ne sont en plus « que » des Volkswagen retravaillé par les services marketing du groupe.

    Votre article est pour moi complètement infondé et je dirais même qu’il est idiot…

    • Avant de critiquer l’auteur de l’article,sur un ton insultant, en le traitant d’idiot, apprenez à maîtriser la langue française et à écrire sans faire de fautes d’orthographe!

  3. Pour avoir possédé un break C320 4 matic, j’ai du me séparer de mon véhicule car le réseau Mercedes sur Bordeaux Libourne et Pau n’ont su me régler les problèmes dut au 4 matic.
    Je suis revenue au classic 2 roues motrices et tout va mieux ( a MON GRAND REGRET DE N AVOIR PU GARDER MON 4 MATIC QUI MALGRÉ TOUT ET FABULEUX).

  4. Je pense qu’il est judicieux de proposer une version 4 roues motrices sur des berlines haut de gamme. Je possède une Jaguar S Type qui a une tenue de route remarquable sur route sèche mais je ne l’utilise jamais lorsqu’il y a de la neige ou du verglas, dans le Nord, où je réside. Je prends, dans ce cas, la MINI de mon épouse. Faire du dérapage plus ou moins contrôlé sur route ouverte est quelque peu hasardeux, pour ne pas dire dangereux. D’ailleurs, Jaguar équipe certaines nouvelles XF en 4 roues motrices (Comme le fut la X Type) et j’attends la commercialisation de sa remplaçante pour acheter une version ainsi équipée. Safety first!

  5. La vraie sécurité et comportement de conduite passe physiquement par la transmission intégrale. Il y a un prix à payer: à l’achat et à la pompe. Mais pour les revêtements glissants ou dégradés, ni la traction ni la propulsion ne l’égale. A ces niveaux de prix il y a tout de même des compromis acceptables mais les contraintes d’habitabilité, de poids et de touts les autres impératifs brident tout de même quelque chose d’approximativement idéal, à savoir : Moteur central avant et transmission intégrale.
    J’ai un Q4 et malheureusement le moteur est posé sur les roues avant …
    Ceux de BMW sont, dans ce contexte, biens… Un peu lourds, mais bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *