Hybrid Air : un outil pour les ambitions chinoises de PSA

Une concession Peugeot en Chine

Une concession Peugeot en Chine

En janvier dernier, je vous présentais le système Hybrid Air, la solution d’hybridation « low cost » développée par PSA. Depuis, on n’entendait plus trop parler de cette technologie, qui n’est il est vrai pas attendue en production avant 2016. Il faut dire que le constructeur français recherchait un partenaire étranger avec qui développer l’Hybrid Air, de manière à partager les coûts. Aujourd’hui, la piste se précise : PSA est désormais en discussions exclusives en la matière avec… le chinois Dongfeng, son futur allié !

L’innovation, ça coûte cher. Il faut d’éminents savants en blouse blanche, des armées d’ingénieurs et de techniciens, des installations, des prototypes et des études d’industrialisation avant d’enfin pouvoir proposer une nouvelle technologie au grand public. Et, comme chacun sait, PSA ne roule pas vraiment sur l’or ces temps-ci…

Véhicule doté de la technologie Hybrid Air

Véhicule doté de la technologie Hybrid Air

Mais l’Hybrid Air a une importance quasi-vitale pour le groupe français : ce système d’hybridation doit permettre de réduire les émissions de CO2 en ville de 45 %, tout en restant suffisamment peu coûteux pour être monté sur de petites citadines abordables.

Le système, qui combine des circuits à air comprimé avec de l’hydraulique, a déjà été codéveloppé avec l’équipementier Bosch et a bénéficié de financements de l’Ademe et du Commissariat général à l’investissement. Mais il faut maintenant s’attaquer aux travaux pratiques : passer d’un prototype tournant dans un hangar à l’industrialisation. Car 2016, c’est après-demain !

La technologie Hybrid Air, c'est pas du vent ! (pardon)

La technologie Hybrid Air.

Et l’on apprend aujourd’hui à ce sujet que PSA est entré en « négociations exclusives » avec le chinois Dongfeng. Celui-là même qui devrait selon toute vraisemblance bientôt entrer au capital du groupe français, au grand dam d’une partie de la famille Peugeot, qui verra son influence réduite à la portion congrue. Selon un porte-parole cité par nos confrères d’Autoactu.com, « les discussions devraient être closes assez rapidement. Début 2014, nous serons fixés. » C’est d’ailleurs probablement également à cette période que l’alliance capitalistique sera nouée.

La une du dernier numéro de la revue interne PSA : Planète.

La une du dernier numéro de la revue interne PSA : Planète.

Le dernier numéro de « Planète », la revue interne de PSA, titre justement sur ce « Marché d’avenir » qu’est la Chine. Un Empire du Milieu sur lequel le groupe français mise pour développer son internationalisation, plus gros talon d’Achille de Peugeot-Citroën, par trop européano-centré. Et quoi de mieux pour se développer sur un marché aussi foisonnant qu’en y débarquant avec une innovation quasi exclusive ?

D’autant que les Autorités chinoises ont désormais dans leurs priorités l’amélioration de la qualité de l’air dans les mégalopoles du pays. Il est vrai que notre récente alerte aux particules dans les grandes villes françaises passerait là bas pour une aimable plaisanterie, vu le smog endémique frappant Pékin ou Shanghai. Du coup, le gouvernement chinois a développé des incitations à l’achat et l’utilisation de voitures hybrides.

Le smog endémique de Shanghai (photo CC Flick/BriYYZ)

Le smog endémique de Shanghai (photo CC Flick/BriYYZ)

L’Hybrid Air semble donc une solution bien adaptée à la nouvelle classe moyenne chinoise, qui devrait représenter l’essentiel de la croissance future de PSA dans le pays. L’objectif du groupe : porter sa part de marché en Chine de 3,7 % à 5 % à l’horizon 2015.

Moins coûteuse à produire que l’hybridation électrique classique, plus facile à entretenir (pas besoin de mécaniciens certifiés haute tension) mais aussi plus aisée à recycler en fin de vie (pas de métaux rares ou toxiques), la technologie Hybrid Air semble parfaitement adaptée à la commercialisation sur les marchés émergents. À commencer par le premier d’entre eux…

PS : ceci était mon dernier billet de l’année. Merci pour vos nombreux commentaires toujours pertinents et votre fidélité à ce modeste blog :) Bonnes fêtes de fin d’année et rendez-vous en janvier 2014 pour la suite des aventures !

4 réflexions au sujet de « Hybrid Air : un outil pour les ambitions chinoises de PSA »

  1. bonjour,
    c’est certainement une bonne idée, peut-être moins couteuse mais plus viable! il existe déjà un petit producteur français qui fabrique des voitures pneumatiques. je vote pour! pas besoin de haute technologie ni de métaux précieux… et recyclage plus simple.

  2. Cela donne l impression que le brevet de Guy Nègre vient de tomber dans le domaine public , et que les constructeurs après s être moqué de lui utilisent maintenant son invention en se l appropriant . Tout cela rappelle les brevets Toyota sur l hybride …. Pourquoi croyez vous que tous les constructeurs ont tous sorti leur hybride en même temps !!

  3. Ping : Innovation : on a testé l’Hybrid Air de PSA | Motorshift

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *