Plateformes communes : Volkswagen, toujours plus fort !

La MQB, une plateforme à(u) poil !

La MQB, une plateforme à(u) poil !

Le groupe Volkswagen s’est fait une spécialité du partage d’éléments techniques entre une vaste gamme de modèles. C’est même devenu une marque de fabrique depuis la plateforme PQ34 – celle de la Golf IV – qui fut commune à des modèles aussi variés que l’Audi TT, la Skoda Octavia ou la Vw Beetle. Mais Volkswagen s’apprête à faire encore plus fort, avec une plateforme unique pour les quatre cinquièmes de la production du groupe ! Baptisée « MQB », cette nouvelle structure sera ainsi identique de la Polo à la Passat, et sera bien évidemment utilisée par des modèles similaires des marques cousines Audi, Seat et Skoda. Adaptable à de nombreuses architectures mécaniques, variable en longueur et en largeur, permettant l’assemblage de modèles très différents sur une même ligne de production, la plateforme MQB est la plus modulable jamais créée.

Il fut un temps – pas si lointain – où un constructeur se contentait d’une poignée de modèles pour satisfaire à la fois le marché automobile et ses actionnaires. Au début des années 80, Mercedes faisait ainsi l’essentiel de ses ventes avec deux modèles (la Classe « Intermédiaire » et la Classe S), BMW, avec les Série 3, 5 et 7 de l’époque, tandis qu’Audi tablait essentiellement sur les 80/90 et 100/200. En ces temps reculés (!), point de monospaces, de SUV, de coupés-cabriolets. Une plateforme égale un modèle. D’ailleurs, on ne parle même pas de plateforme.

Trente ans plus tard, l’offre a explosé, le marché s’est atomisé en une multitude de niches. Et si les constructeurs ont été capables de décliner un grand nombre de modèles différents sans y laisser des plumes, c’est grâce à la stratégie des plateformes communes. En gros : avec les mêmes organes techniques (coque, liaisons au sol, moteurs et boîtes, accessoires), on crée des modèles d’allure radicalement différente, parfois vendus sous plusieurs marques. On développe l’offre en limitant les coûts de développement : on ne change que ce que l’utilisateur voit (planche de bord, carrosserie), le reste est commun à plusieurs modèles. Un art dans lequel le groupe Volkswagen est passé maître !

La MQB, c'est comme un costume taillé sur mesure !

La MQB, c’est comme un costume taillé sur mesure !

Avec la nouvelle plateforme MQB (pour Modularer Querbaukasten, soit « matrice modulaire transversale »), le groupe allemand franchit une nouvelle étape : cette structure est à la fois ultra-flexible et archi-standardisée. Flexible, car elle peut être adaptée dans toutes ses dimensions, la seule constante étant la distance entre l’axe de l’essieu avant et le tablier. Standardisée, car les points d’ancrage moteur sont au même endroit quelque soit le modèle… et dans le sens transversal. On comprend mieux l’appellation « matrice modulaire transversale »…

Côté motorisations, on aura le choix...

Côté motorisations, on aura le choix…

Cette plateforme ultra-élastique peut donc être utilisée pour une citadine comme pour une familiale, pour un monospace ou pour un cabriolet, du moment que le moteur est transversal. Tout aussi important : elle pourra recevoir toute une variété de motorisations, essence ou diesel, hybrides ou électriques. La plateforme MQB est également optimisée en matière de poids, critère devenu crucial à l’heure de la chasse au kilos superflus.

Une seule pièce au lieu de trois jeux différents !

Une seule pièce au lieu de trois jeux différents !

 

Qui dit plateforme commune, dit également outil industriel identique : il sera donc possible d’assembler sur une même chaîne de montage des modèles aussi différents que les futures Golf, Tiguan et Passat. C’est autant d’économisé en machines, mais également c’est autant de flexibilité supplémentaire pour répondre aux variations de la demande.

7 réflexions au sujet de « Plateformes communes : Volkswagen, toujours plus fort ! »

  1. Les économies d’échelle qui en résultent permettant justement le recours massif à l’aluminium + autres matériaux légers et rigides, traduire = sensations de conduite à la hausse et pas seulement sur les modèles sportifs

  2. Quel contre-partie à la modularité ? La rigidité de l’ensemble sera-t-il vraiment aussi efficace ? Surtout pour les modèles sportifs ?
    J’émets personnellement des réserves…

  3. La rigidité de l’ensemble sera-t-il vraiment aussi efficace ? Surtout pour les modèles sportifs ?*****
    Certainement, mieux: les versions de modèles moins sportifs et aussi les modèles et marques moins haut de gamme profitent d’une qualité qu’elle n’auraient pu avoir sans un tel système, grâce à cette économie de recherche et développement partagés.

  4. Evidemment
    Une fois de plus le groupe VW a de l’avance, au bout de combien de temps on verra la même chose chez les français, 4 ans, 5 ans ? peut-être plus

  5. heureusement que les français sont des gros copieurs ! les plateformes communes datent quand même bien de la fin des années 80 ! Mégane par exemple, hein M. burns ! coupé, berline, break, monospace, cabriolet… trop fort, c’était un peu avant que les teutons s’y mettent mais bon… et X90 vous connaissez ? le top de la plateforme B chez RENAULT de la Twingo 2 à Lodgy, il y a plus de 12 modèles produits et c’est celle issue de Mégane 2 ! pour RENAULT comme PSA, les plateformes existent ! non c’est pas vrai ! CMF1 et BVH2 sont au programme pour remplacer dès 2013 toutes les plateforme médiums… quand on sait pas on dit pas… mais on peut pas être au fait de tout…

  6. On parle de chassis, pas de guimauve
    C’est comme si on parlait de boite dsg et que tu la ramenais avec tes boites robotisées que n’a pas honte de sortir psa sur ses dernières autos

  7. Ping : Plate-formes flexibles : les français s’y mettent aussi sur le blog Motorlegend Motorshift

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *