La boîte manuelle est-elle condamnée ?

La Porsche 911 GT3 est-elle hérétique ?

La Porsche 911 GT3 est-elle hérétique ?

Il faut bien se rendre à l’évidence : d’année en année, la bonne vieille boîte manuelle perd du terrain. Bousculée par les nouvelles transmissions automatisées, elle disparaît même du catalogue des modèles sportifs les plus emblématiques. Paradoxalement, la boîte manuelle ne survit que sur des modèles abordables et sans prétention. Est-ce un bien ou un mal ? Le levier de vitesses va-t-il finir dans un musée ?

La nouvelle n’est pas vraiment passée inaperçue : au salon de Genève, Porsche a dévoilé sa dernière 911 GT3, génération 991. En face, Ferrari, McLaren et Lamborghini dégainaient leurs impressionnantes hypercars, mais n’ont pas réussi à détourner l’attention de cette Porsche des puristes… qui abandonne définitivement la boîte manuelle !

Sacrilège ! Une "boîte à palettes" dans une 911 GT3 !

Sacrilège ! Une “boîte à palettes” dans une 911 GT3 !

À sa place, une boîte à double embrayage PDK modifiée et optimisée. Plus de pédale d’embrayage, donc, mais pour les petits malins Porsche a installé un gadget : en tirant les deux palettes en même temps, il est possible de débrayer momentanément, ce qui aidera pour les “burns” et autres glissades ! Reste que l’abandon de la boîte manuelle sur l’une des autos les plus radicales du marché a de quoi surprendre.

Ce n’est là que l’ultime avatar d’une lente érosion, favorisée par l’appétit croissant de la clientèle pour les boîtes séquentielles, qui permettent de se glisser dans la peau d’un pilote de Formule 1. Dès 1997, Ferrari proposait ce genre de frisson avec la boîte à palettes “F1”, livrée pour la première fois sur la F355. Très rapidement, la légendaire grille chromée dans laquelle le levier métallique venait faire “clic-clac” a disparu de l’habitacle des Ferrari. De toutes manières, la clientèle ne jure plus que par les palettes au volant.

Une Ferrari à boîte manuelle : une vision du passé.

Une Ferrari à boîte manuelle : une vision du passé.

Mais c’est surtout l’avènement de la boîte à double embrayage qui a scellé le destin de la boîte manuelle. L’arrivée de la boîte DSG chez Volkswagen (Golf R32) et Audi (TT V6) est pourtant passée plutôt inaperçue en 2003…

La Volkswagen Golf R32 de 2003, avènement de la boîte DSG.

La Volkswagen Golf R32 de 2003, avènement de la boîte DSG.

Reste qu’en combinant la rapidité d’une boîte robotisée, la douceur d’une boîte automatique à convertisseur et l’efficience d’une transmission manuelle, la boîte à double embrayage avait tous les atouts pour faire un tabac. Le groupe VW s’est fait le champion de cette technologie, disponible d’un bout à l’autre de la gamme, des modestes VW Polo et Seat Ibiza à la redoutable Bugatti Veyron.

La Bugatti Veyron reçoit une boîte à double embrayage Ricardo.

La Bugatti Veyron reçoit une boîte à double embrayage Ricardo.

Dans le clan des supercars, la boîte manuelle vit ses dernières heures : impossible par exemple de commander une Ferrari 458 ou une McLaren 12C équipée d’un levier de vitesses. Les Audi R8 et Lamborghini Gallardo offrent encore cette possibilité, mais ce ne devrait pas être le cas de leurs remplaçantes.

Misant à fond sur la parenté avec la F1, la McLaren P1 se dote de palettes au volant.

Misant à fond sur la parenté avec la F1, la McLaren P1 se dote de palettes au volant.

Même chez les petites sportives, la boîte à palettes gagne du terrain. Elle est ainsi obligatoire sur les VW Polo GTI, Seat Ibiza Cupra, ainsi que sur la dernière Renault Clio R.S., qui s’inscrit ainsi en radicale rupture avec sa devancière. Et c’est vrai que cette boîte EDC offre une douceur et une facilité de conduite incomparables au quotidien.

La Renault Clio R.S. n'existe désormais qu'en version à boîte à double embrayage EDC.

La Renault Clio R.S. n’existe désormais qu’en version à boîte à double embrayage EDC.

Il n’en reste pas moins qu’une boîte manuelle bien étagée, à la commande bien guidée et associée à un pédalier conçu pour le talon-pointe apportent un sel indéniable à la conduite. C’est sûr, une boîte à double embrayage moderne sera forcément plus rapide, tout en facilitant le travail du conducteur, qui pourra mieux se concentrer sur ses trajectoires et points de freinage. Mais le plaisir ne vient-il pas (aussi) de la difficulté ?

11 réflexions au sujet de « La boîte manuelle est-elle condamnée ? »

  1. Très, très bon article cher Vincent ! Tout est dit !
    Aujourd’hui on privilégie à tout prix les performances, mais il y a tout de même Jaguar qui a dit garder une place pour la boîte manuelle, il aurait été intéressant d’en parler. 😉

  2. Huhu, j’étais passé à côté de cette actu 🙂

    Je pense qu’il y a aussi une demande des passionnés aux États-Unis (exemple : la M5 est toujours dispo en BVM là bas), qui aide à solvabiliser ce genre de développement.

  3. cette idée de la boite double embrayage m’a toujours plu, d’autant plus, qu’elle est disponible sur les camionettes ivc. mais quand j’ai vu les problèmes qu cela pose pour un démarrage en côte en pleine charge (le véhicule etait incapable d’avancer), je me suis dit, qu’il fallait mieux encore attendre quelques années avant d’acheter ça…

  4. C’est bien beau la technologie.

    Mais quand je vois le nombre de rappels, de pannes sur les boites “électroniques”, je préfère de loin garder ma bonne vieille boite manuelle.

    Multiplier les technologies sur un seul organe multiplie forcément le nombre de pannes, ou du moins ses risques.

    Étant de la vieille école, pour moi conduire c’est accélérer, freiner, changer les vitesses.

    Maintenant les gens sont paresseux et surtout ne savent plus conduire, alors les voitures bourrées d’une électronique qui fait tout à leur place ça fait son chemin !

    On réinvente le train avec les voitures qui se garent toutes seules, les vitesses adaptées en fonction du terrain etc..le “conducteur” ne conduit plus, il se laisse guider.

  5. Je roule depuis 6 ans avec des btes robotisées la mal aimé BMP ou sensodrive PSA selon le véhicule,mais vu que mes véhicules sont de véhicules de tourismes C3 et C 4 ou des utilitaires (1 berlingot et 1 Nemo)et non des GT je n’ai pas de problème , il faut un temps adaptation.

    Je sais que tout le monde “loue” la bte DSG ou (multitronic avant)VAG , mais personne ne parle du surcoût de cette bte 1600€ en moyenne selon les véhicules par rapport à une manuelle ou même par rapport a une BMP (600 à 900€)

    Chez Renault et Nissan la bte robotisée est proposée sur le Maxity 130cv et son jumeau le cubstar depuis au moins 2 ans

  6. La boite manuelle est aussi une question de culture, de racine. Pour avoir fait un recensement du haut de gamme chez BMW (série 6 E63 et 8 E31) en observant les versions manuelles et automatiques pour chaque pays, j’ai pu remarquer que la proportion des boites manuelles représentent plus de 50% dans les pays latins (principalement Espagne et Italie) et les pays de l’Est, tandis qu’elles sont minimes en Asie (Japon et Moyen-Orient principalement) et faibles dans les pays de langues germaniques (UK, NL, DE).

    Le plus frapant étant d’observer ce constat, au sein d’un meme pays ou plusieurs langues sont parlées (Suisse, Belgique): la proportion de boite manuelle est plus importante dans la région ou l’on parle une langue latine (Francais, Italien) que celle ou l’on parle une langue germanique (Allemand ou Néerlandais).

    Quant à BMW qui ne propose sa boite manuelle sur la série 6 F13 qu’aux USA, c’est me semble t-il un tort car elle aurait encore plus de succès dans les pays latins…mais malheureusement, ces pays latins, d’un point de vue volume de vente, sont en perte de vitesse par rapport aux pays emergents.

    Pour vous donner une idée de la production des coupés BMW série 6 (F13) aux USA (moteur 300KW car boite manuelle abandonnée sur le 330KW): 1356ex 650iA (boite 8 steptr.) contre 53ex 650i (boite 6 man) entre 03/2010 et 06/2012.

    Depuis 03/2013, la boite 6 manuelle réapparait, uniquement sur la M6 aux USA.

    Nul doute, une fois encore, qu’il aurait été plus judicieux de la proposer dans des pays plus friands de boite manuelle, meme s’il faut saluer le principe de BMW de toujours proposer ce type de boite sur le segment des GT (de plus en plus rare).

  7. Il y a des lunes que je n’ai plus que des boites auto sur mes voitures successives. Revenir à la corvée d’embrayage me ramènerait à mes cours d’auto-école ! De ma 205 de 1987 automatique-presque “collector” aux autos beaucoup plus récentes, que des boites auto. Même s’il y a une légère surconso-sauf avec les double embrayage du Groupe V.A.G et en laissant tomber le ratage de la BMPC Citroën-l’agrément anti-stress est indéniable. Une question: Pourquoi diable Peugeot ne dote-t-il pas sa très réussie 208 d’une boite auto ?! J’en connaîs beaucoup qui délaissent ce modèle uniquement à cause de cette stupidité !

  8. J’ai 66 ans et je me souviens avec nostalgie de l’époque des BV non synchronisées avec lesquelles j’ai appris à conduire;vous ne connaitrez jamais la griserie de la vitesse libre sur route ouverte;les choses évoluent;il faut aller avec son temps ou rester sur place;quant à moi,une lotus élise ou autre nouvelle alpine avec 200 CV pour aller sur circuit(où la vitesse n’est pas encore limitée)et une boite robotisée,je signe tout de suite;salut les gamins et roulez propre.

  9. Vive la boîte manuelle ! Le plaisir du passage de vitesse au ronronnement du moteur, c’est ça aussi le plaisir automobile ! Jamais je n’achèterai une boîte auto pour ma part, c’est mon côté 80’s.

Répondre à victor hugo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *