La Porsche 918 arrive-t-elle trop tard ?

Porsche 918 Spyder Concept (2010)

Porsche 918 Spyder Concept (2010)

Voici un peu plus d’un an, je vous présentais les impressionnantes caractéristiques techniques de la Porsche 918 Spyder, la supercar nouvelle génération du constructeur allemand, dotée d’une propulsion hybride et affichée la bagatelle de… 775 000 € ! L’auto avait créé la surprise à Genève en 2010, lorsqu’elle fut dévoilée sous la forme d’un concept-car. La version définitive sera officiellement lancée en septembre prochain, à Francfort. Soit presque quatre ans de développement, ce qui paraît la norme pour un projet d’une telle envergure. Reste que l’arrivée des McLaren P1 et Ferrari LaFerrari rend obsolète avant même sa sortie la supercar Porsche. Laquelle semble du coup avoir du mal à trouver la clientèle susceptible de signer un bon de commande pour les 918 exemplaires prévus…

Voici quelques jours, je dînais avec un responsable produit Jaguar, en marge de la présentation de la nouvelle F-Type. Le genre de discussion passionnante et enrichissante, que l’on rêve d’avoir plus souvent ! Forcément, quelque part entre la poire et le fromage, le sujet de l’abandon de l’excitant projet C-X75 a surgi : le staff Jaguar n’était-il pas déçu ? Le regard dépité de mon interlocuteur en disait long, mais il a ajouté avec philosophie : « Le monde a-t-il besoin d’une énième supercar à un million d’euros ? »

Jaguar C-X75

Jaguar C-X75

Il est vrai que face aux rouleaux compresseurs que sont les Porsche 918, McLaren P1 et Ferrari LaFerrari, la jolie Jaguar aurait sans doute eu du mal à faire son trou… surtout avec un moteur 4 cylindres essence, fût-il ultra sophistiqué (compresseur + turbo, régime maxi de 10 000 tr/min), préparé par Williams, et couplé à un système hybride sophistiqué. « La clientèle des supercars ne demande pas ce genre de technologie », a lâché mon interlocuteur. « Ce sont des voitures qui roulent peu, et dont l’empreinte CO2 est minime. Ce que l’acheteur de supercar recherche avant tout, c’est une auto spectaculaire, qui fasse un beau bruit mécanique, histoire de faire sensation lorsqu’il se garera devant le casino de Monte-Carlo ! »

Ron Dennis et Antony Sheriff autour de la McLaren P1

Ron Dennis et Antony Sheriff autour de la McLaren P1

Un cliché ? Voire. Il suffit pour s’en convaincre de regarder en profondeur les dernières hypercars de McLaren et Ferrari. Qui mieux que ces deux marques connaît les attentes de la clientèle ultrasélect prête à débourser 1 million d’euros sur une voiture ? Toutes deux misent sur un look extravagant, des technologies « inspirées » de la F1 (DRS et aérodynamique active, freins céramique…) et un gros moteur (V8 pour l’anglaise, V12 pour l’italienne)… tout en se gardant bien de proposer un mode 100 % électrique. « Hors-sujet », aurait dirait ma prof de philo. Une supercar doit faire du bruit, du gros son, un point c’est tout ! Sur la P1 et LaFerrari, le moteur électrique n’est là que pour suppléer le thermique, certainement pas pour prendre sa place.

La Ferrari LaFerrari au salon de Genève

La Ferrari LaFerrari au salon de Genève

Justement, la Porsche 918 Spyder propose un mode « stealth », c’est à dire 100 % électrique et silencieux. Le cauchemar du milliardaire en goguette à Monaco ! Sans compter que les caractéristiques techniques de la bête ont pris un coup de vieux depuis le lancement de ses rivales britannique et italienne, même si la Porsche a entre temps revu ses prétentions à la hausse. En effet, malgré une puissance d’environ 875 chevaux, la 918 Spyder accuse encore un déficit de 41 chevaux par rapport à la McLaren P1, et de 88 par rapport à la LaFerrari. Dans un segment où la richesse d’un patrimoine se mesure au nombre de canassons sous le capot, c’est un handicap !

Quelque part, là dessous, se cache un V8 de 4,6 litres...

Quelque part, là dessous, se cache le V8 4,6 litres de la 918 Spyder…

Enfin, Porsche a sans doute vu trop grand : 918 exemplaires, c’est beaucoup. Malgré un carnet d’adresses bien fourni, Ferrari ne produira que 499 LaFerrari (même s’il se murmure que la firme a reçu le double de demandes !). McLaren ne fabriquera pour sa part que 375 P1, et pas une de plus. Dans ce business, l’exclusivité est encore le meilleur argument commercial : Lamborghini l’a bien compris, avec sa Veneno tirée à seulement 3 exemplaires facturés… 3,5 millions d’euros !

Bref, la 918 Spyder risque de laisser de mauvais souvenirs aux comptables de Porsche, tant ce projet sera difficile – voire impossible – à rentabiliser. Reste une consolation : cette auto aura été un vrai défi et un laboratoire grandeur nature pour les ingénieurs de la maison. Gageons que les futurs modèles de la marque bénéficieront des avancées technologiques de la 918 Spyder…

Mulet de la Porsche 918 Spyder

Mulet de la Porsche 918 Spyder

9 réflexions au sujet de « La Porsche 918 arrive-t-elle trop tard ? »

  1. Je ne partage pas votre point de vue, je choisi la Porsche. C’est un spyder, plusieurs modes de conduite
    c’est la supercar de demain, je me demande même combien de chevaux fiscaux pour nous. Mc Laren et Ferrari ne peuvent réaliser une auto du même acabit.
    Quoi de neuf chez Ferrari et Mc Laren rien… des éniemes supercar que beaucoup peuvent réaliser aujourd’hui Pagani, Koenigsegg, Venom…
    Alors oui je prend la Porsche et sans hésiter

  2. Max tu n’as pas compris le message de l’article, la question n’est pas de savoir laquelle est la mieux, mais si ça va se vendre, (la Porsche semble mal partie pour cela)

  3. Ping : Un 4 cylindres de 450 ch chez Volvo ! Jusqu’où peut aller le downsizing ? | Motorshift

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *