Filtre à particules : pour les moteurs essence aussi

Le FAP, bientôt incontournable sur les moteurs essence ?

Le FAP, bientôt incontournable sur les moteurs essence ?

Le filtre à particules (ou FAP pour les intimes !) est devenu un équipement incontournable pour les moteurs diesel. Les dernières normes antipollution Euro V ont en effet rendu obligatoires ces dispositifs afin de passer sous la barre fatidique des 5 microgrammes de particules par kilomètre parcouru. Mais l’avenir des moteurs essence pourrait bien également passer à l’avenir par ce fameux FAP : en effet, les blocs à injection directe rejettent plus de particules que les “bon vieux” moteurs à injection indirecte. Du coup, les constructeurs et équipementiers travaillent d’ores et déjà sur le sujet…

Le filtre à particules, vous en avez sans doute entendu parler. Et si ce n’est pas au moment de signer le bon de commande, c’est peut-être lorsque celui-ci s’est colmaté et qu’il a fallu le remplacer ! Largement répandu sur les modèles diesel (les normes antipollution Euro V de septembre 2009 l’ont rendu virtuellement obligatoire), il pourrait bien à l’avenir être étendu… aux moteurs essence !

Un moteur TSI Volkswagen à injection directe d'essence.

Un moteur TSI Volkswagen à injection directe d’essence.

Pour l’instant, rien n’est encore acquis. Mais la menace se précise ! Dès septembre 2014, les normes Euro VI imposeront pour la première fois un plafond d’émissions pour les moteurs essence, à 4,5 mg/km (identique à celui des diesels). Il n’y a pas encore péril en la demeure : les blocs actuels restent généralement en deçà de ce seuil, ou peuvent y descendre par de légères modifications techniques.

Reste donc la question des futures normes Euro VII, dont ni les contours, ni la date d’application n’ont encore été définis. Reste qu’elles seront forcément encore plus strictes au niveau des particules, devenues un enjeu de santé publique depuis plusieurs mois. Or, justement, les moteurs essence à injection directe qui ont tellement le vent en poupe ces derniers mois ont tendance à rejeter davantage de particules que leurs prédécesseurs. La faute à leur combustion en mélange appauvri, qui réduit la consommation, mais produit des rejets polluants accrus.

Un moteur essence à injection directe.

Un moteur essence à injection directe.

Les moteurs TSI, THP et autres GDI devront donc probablement passer par la case FAP à l’avenir. À ce petit jeu là, les constructeurs français ne sont pas à la traîne. Rappelons déjà que Peugeot fut le premier à commercialiser un filtre à particules, sur la lointaine 607…

La Peugeot 607 a été la première voiture à recevoir un filtre à particules.

La Peugeot 607 a été la première voiture à recevoir un filtre à particules.

PSA Peugeot Citroën étudie donc, avec d’autres industriels et centres de recherche français, des solutions afin de réduire les particules des moteurs essence à injection directe. Regroupées au sein du projet Triptic-H (TRaitement des ParTICules issues de moteurs à injection directe d’essence pour une application aux véhicules Hybrides), ces recherches doivent déboucher à l’horizon 2015.

Deux voies sont à l’étude. La première consiste à ajouter à l’actuel catalyseur trois voies un filtre séparé, à l’image de ce qui existe déjà sur les diesel, avec un système n’utilisant pas les coûteux métaux précieux (comme le platine des catalyseurs). La seconde vise à effectuer tout le post-traitement (catalyse des gaz et fixation des particules) au sein d’un même support, plus compact et plus facile à intégrer dans le véhicule.

Bref, tout ceci est bel et bon. Mais rappelons tout de même que le transport routier dans son ensemble n’est responsable que de 14% des émissions de particules fines…

Répartition des sources de particules fines.

Répartition des sources de particules fines.

4 réflexions au sujet de « Filtre à particules : pour les moteurs essence aussi »

  1. Alors pourquoi dit-on que le Diesel tue ?… Vous devriez faire la différence : les particules des moteurs à essence ne sont pas PLUS dangeureuses que les fumées des Diesel (c’est ce que laisse croire votre article) : vous, journalistes, avez une déplorable frénésie de “sensationnel” qui DESINFORME les lecteurs-internautes : ici encore, l’information dit le CONTRAIRE de la VERITE !

    • Bonjour. J’ai beau relire mon article, je ne vois pas à quel endroit je laisse supposer une plus grande dangerosité des particules générées par les moteurs à essence ? Elles sont également dangereuses, quoiqu’émises en quantités comparativement plus faibles : mais, à la différence d’Omo, l’essence ne lave pas nécessairement plus blanc !
      VD

  2. On devrait développer le chauffage au bois ( énergie 100 % renouvelable ) et en même temps y renoncer ( particules fines et autres CO2 ). Comprenne qui pourra !

  3. Ping : Pollution : combat d’arrière-garde contre le diesel | Motorshift

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *