Pollution : combat d’arrière-garde contre le diesel

Anne Hidalgo (photo CC Flickr/Parti Socialiste)

Anne Hidalgo (photo CC Flickr/Parti Socialiste)

Dès son premier Conseil de Paris, le 19 mai, la nouvelle maire de la capitale Anne Hidalgo a voulu marquer les esprits, en abordant d’emblée le problème de la pollution. Son objectif ? « Interdire le diesel à Paris d’ici à 2020. » La “nouvelle” ministre de l’Écologie Ségolène Royal est sur la même longueur d’ondes : le diesel, ce vilain pollueur voué aux gémonies ! Mais, ce faisant, nos leaders politiques balayent du revers de la main tous les progrès effectués par le moteur à allumage spontané au cours des dernières années, et jettent le bébé avec l’eau du bain.

Il aura suffi d’un pic de pollution à quelques jours du premier tour des municipales pour que la classe politique parisienne s’empare du sujet, avec force slogans et annonces parfois provocantes. Dans ce domaine, Anne Hidalgo et son allié écologiste Christophe Najdovski ont très vite désigné le coupable : les diesels. Tous les diesels. De la vieille Renault 25 TD au Peugeot 3008 Hybride, en passant par ceux qui respectent d’ores et déjà les futures normes antipollution Euro 6. Pour Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, c’est encore plus simple : il faut inciter les propriétaires de véhicules diesel à passer à la voiture électrique. Et tant pis si la plupart des gros rouleurs arriveront vite au bout de la maigre autonomie offertes par les batteries des V.E. !

Même hybride et dépollué, le diesel, c'est le mal !

Même hybride et dépollué, le diesel, c’est le mal !

À l’appui de ces déclarations, cette désormais célèbre étude selon laquelle les particules fines seraient responsables de de 42 000 morts prématurées chaque année en France. Un chiffre terrifiant : à titre de comparaison, les accidents de la route ont tué 3 653 personnes sur les routes de l’Hexagone en 2012. Reste que les mesures de concentration des particules utilisées pour cette étude datent de 1997. Or, à cette époque, aucun diesel n’était équipé de filtre à particules (FAP) : le premier modèle doté d’un FAP, la Peugeot 607, n’est lancé que fin 1999.

La Peugeot 607 a été la première voiture à recevoir un filtre à particules.

La Peugeot 607 a été la première voiture à recevoir un filtre à particules.

Entre temps, la réglementation antipollution européenne est devenue de plus en plus stricte, avec une baisse régulière des normes d’émissions de particules fines : de 0,08 g/km en 1996 (Euro II), on est passé à 0,05 g/km en 2000 (Euro III), 0,025 g/km en 2005 (Euro IV) et même 0,005 g/km depuis septembre 2009, date d’entrée en vigueur des normes Euro V. Quant aux futures normes Euro VI, prévues pour septembre 2014, elles seront très contraignantes en matière d’émissions d’oxydes d’azote (NOx), l’ultime polluant qui distinguait le diesel de l’essence. Sur le front des particules, en effet, le problème du diesel est réglé : selon Jean-Paul Morin, chercheur à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) interviewé par nos confrères d’Auto Actu, “la grande majorité des particules des véhicules Diesel récents n’est pas émise à l’échappement.” En réalité, sur un diesel moderne, moins de 5 % des particules sont générées par le moteur, le reste étant issu de l’usure des pneumatiques et des freins. Et, en tout état de cause, les derniers moteurs essence à injection directe ne font pas mieux. Eux aussi, d’ailleurs, devront bientôt se doter de FAP.

L'essentiel des particules produites par les véhicules modernes provient de l'usure des pneumatiques.

L’essentiel des particules produites par les véhicules modernes provient de l’usure des pneumatiques.

Bref, en condamnant d’emblée et sans distinguo “le diesel”, nos politiciens sont dans l’erreur. Il serait plus logique de faire la différence entre les modèles les plus anciens, dépourvus de filtres à particules, et les plus récents, dotés de tous les systèmes de dépollution moderne. À minima, interdire la circulation en agglomération des premiers lors de pics de pollution. Mais certainement pas appliquer la stupide circulation alternée, qui ne fait pas la différence entre les “bons” et les “mauvais”. Et dans tous les cas, nos politiques seraient bien inspirés de s’entourer de conseillers techniques plus compétents !

Photo CC Flickr/Canonshot Mole

Photo CC Flickr/Canonshot Mole

29 réflexions au sujet de « Pollution : combat d’arrière-garde contre le diesel »

  1. Pas faux, mais même pour les nouveaux véhicules, c’est dans le cas parfait ou le filtre à particule ne se bouche jamais, arrive de suite à température de fonctionnement, ne constitue pas une pièce pesante supplémentaire à transporter au quotidien, à produire (coût énergétique) et à recycler par la suite (dans quelles conditions?), et où chaque automobiliste entretient son véhicule de manière irréprochable…
    On nous a poussé au derrière la “solution miracle du diesel”, même pour des gens qui font des petits trajets quotidien, ce qui est un non sens… Maintenant que nos villes sont noircies de particules de combustion, on va nous proposer une autre solution miracle universelle, alors que chacun devrait envisager ses déplacements selon ses propres besoins, avec des solutions appropriées, sans oublier de vérifier si ce n’est tout simplement pas possible de diminuer ses déplacements pour tendre au strict nécessaire/suffisant …
    Donc oui, il serait grand temps que les instances dirigeantes pensent long terme, ou en tout cas plus loin que le mandat suivant, en commençant par s’entourer de personnes compétentes.
    Le combat essence-diesel est quant à lui désuet et hors propos, puisque ce sont simplement deux outils différents, chacun ayant des applications particulières ma foi complémentaires.

  2. Pendant des décennies le diesel était le carburant des routiers et des populations d’Afrique… Et maintenant certain nous explique que c’est le must have ? Si le diesel n’avait pas été sponsorisé par l’état fin 1970 afin que nos constructeurs nationaux ne s’effondrent pas face à la concurrence, on aurait peut-être aujourd’hui une industrie automobile qui se serait remise en question et tournée vers l’avenir, comme nos concurrents Allemands

      • Ce n’est pas aussi simple. C’est en partie vrai pour les particules primaires sur certains moteur essence à injection directe (mais pas tous), mais c’est faux à propos du NOx.
        De plus, outre l’existence de moteurs essence à injection directe ne rejetant pas de particules, les moteurs modernes à injection indirecte, encore majoritaire sur nos routes, restent globalement les moins nocifs des moteurs à pétrole.
        Pour tout le reste, particules primaires + secondaires, NOx, N2O, etc…, le diesel reste bel et bien plus polluant, Euro 6 ou pas.

  3. Vous avez raison sur le fait qu’il ne faut pas tout melanger et que la technologie Diesel a beaucoup evolue ces dernieres annees.
    Il n’en reste que les voitures diesel sentent mauvais, que les odeurs dans les villes francaises sont insupportables pour les pietons et les cyclistes, et que ceci est du a 95% aux voitures diesel.
    Habitant depuis 2 ans au Canada, je ne peux vous parler qu’en bien du plaisir de n’etre entoure en ville que par des voitures a essence, meme si ce sont des V8 qui consomment 15L/100. La solution miracle ne serait-elle pas l’hybride essence, avec des autos telles que la Prius qui consomment 5L/100 en ville. Demandez aux chauffeurs de taxis parisiens ce qu’ils en pensent !

  4. Un peu léger comme article. Tout le monde sait que les fap n’arretent que les pm10, qui ne sont pas nocives. Le diesel reste sale. Les 42000 morts par an sont donc toujours d’actualité. Mais tout le monde s’en fout.

  5. Diesel ou pas, Paris est un brouillard permanent.

    Je ne sais pas qui ou quoi provoque cette pollution, mais le fait est là.

    Le matin, quand le soleil est encore rasant, on voit bien ce nuage bleu/gris qui envahit les rues, certains jours, il est impossible de voir le bout de l’avenue coté la Défense (Rue de Rivoli)

    J’habite en grande banlieue, loin des périf et autres autoroutes, quartiers calmes, peu de voitures, les bois à coté etc..

    Quand je suis chez moi un long moment, tout va bien, je respire bien, et quand je me mouche..tout est “clair”

    Il suffit que j’aille travailler, donc passer une journée de 10 heures à Paris et hop !

    Je rentre le soir avec la voix cassée, je mouche du noir.
    (désolé pour les détails)

    Relation de cause à effet constatée plusieurs fois lors de mes congés par exemple.

    Alors que ce soit le diesel ou pas, Paris est une ville polluée, saturée en particules, quelles que soient leurs origines.

    Faire baisser le nombre de véhicules circulant dans Paris ne serait pas un luxe et un bon début pour redonner un air respirable à cette ville.

    Qui plus est, en étant attentif, j’ai regardé les plaques et le genre de véhicules qui y circulent

    Majorité de 75 et de voitures particulières.
    Pourquoi les Parisiens ne prennent ils pas le métro pour se déplacer dans la ville ?
    Voitures ou ils sont seuls, souvent à l’arrêt puisque il y a des feux et des bouchons partout.

    Quel intérêt de prendre sa voiture alors qu’en TC ils gagneraient en dépense et en temps.
    Il y a des bouches de métro à quasiment chaque coin de rue et contrairement à ce que les gens pensent, le métro aujourd’hui fonctionne très bien !

    Donc, si Mme Hidalgo réussit son coup et d’autres à venir, je lui tire mon chapeau et la remercie par avance !

    N’en déplaise aux aficionados de la voiture dont je faisais partie il y a quelques années.
    J’ai vite compris mon intérêt en la laissant de coté pour prendre les trains, RER, métros.

    Tranquillité, économies, rapidité,écologie.

  6. Salut,
    OUI, le diesel c’est le MAL : dans une VOITURE !
    Non mais c’est fou de dire que le FAP règle tout !
    C’est comme le catalyseur et encore plus affecté par cette faiblesse :
    Le moteur doit être en température…
    Donc dans 80 % des cas l’essence en ville est préférable !
    Par contre exact : l’injection directe d’essence à bas régime pose souci, d’où l’idée d’une injection mixte qui bascule en fonction du régime moteur…

    Bref, si tant de villes dans le monde (y compris en Europe) l’interdisent ce n’est pas pour rien !

    1/ Le diesel c’est pour tracter

    2/ on importe du GO qui pollue pour nous arriver

    3/ on exporte à perte du SP qui pollue pour partir !

    On ne marche pas sur la tête ?

    Quant à l’hybride diesel là on atteint un summum !!!!
    Le moteur le moins adapté à l’intermittence utilisé… …par intermittence !

    L’électrique passe par les super-condensateurs au graphène et nano tubes de carbone mais reste à résoudre le souci de la recharge, par contre coté recyclage c propre, rien à voir avec les accus…

  7. Bonjour à tous, Encore une fois on va pénaliser les automobilistes que l’on considère bien sur seuls responsables de la polution ! c’est complètement abérant c’est une nouvelle preuve de l’incompétance de nos dirigents. Les nombreuses usines qui crachent à longuer de journée leur fumées, les centaines d’avions qui décolent toutes les heures, les trains sur les lignes non électrifiées ..etc eux ne poluent pas ! non c’est plus facile de taxer le petit peuple qui roule au diésel parcequ’il n’a pas les moyen de se payer l’essence lourdement surtaxée par nos gouvernements sucsessifs. C’est une honte ! Enfin moi je veux bien changer si on m’offre une voiture non poluante car avec ma retraite de misère je ne peux même pa me faire un crédit pour acheter un vélo!

  8. Un moteur diesel euro euro VI possède un filtre à particules qui retient 99,9 % des particules ce qui le colmate petit à petit. Environ tous les 500 km afin que le FAP ne soit complètement bouché a lieu la “régénération” du FAP par post-combustion. La post-combustion des suies provenant du simple pur diesel C16H34 (ne comportant que des molécules à base d’atomes de carbone et d’hydrogène) transforme celles-ci en H2O (= eau) et CO2 (= gaz carbonique), mais un tel diesel n’existe pas, de plus les super-carburants diesel possèdent des additifs qui ne sont pas des assemblages de carbone et hydrogène, mais d’atomes d’autres éléments chimiques. Quel est le résultat de la post-combustion de ces autres éléments chimiques qui est rejeté dans l’atmosphère par le pot d’échappement lors des régénérations tous les 500 km? N’oublions pas également que plus une particule est fine plus elle a de facilité à pénétrer dans les cellules de notre organisme.

  9. J’adore tout ces grands ingénieurs qui parlent sur cette page sans avoir aucune connaissance du dossier et des progrés réalisés dans ce domaine .UNE FOIS POUR TOUTE QUE L ONT NOUS PRESENTE UN DEBAT DE SPECIALISTES DE CE DOMAINE ET NON PAS LES BOBOS SOCIALOS

    • Tout le monde peut comprendre qu’un moteur émettant suffisamment peu de particules pour ne pas nécessiter l’adjonction d’un filtre, c’est mieux que quand ce filtre est obligatoire pour répondre aux normes… Même les bobos-écolos peuvent le comprendre… Le filtre c’est l’emplâtre sur la jambe de bois défendu par les diéselistes français en tête !

  10. Je viens de lire les commentaires et constate hélas que la plupart des commentateurs ont sauté l’information qui est un évidence, la plus grosse part des particules noires qu’on voit à Paris et qui se dépose sur facades et dans nos poumons sont les traces issues de l’usure des freins et des pneumatiques ! Combien de gens braquent leur volant à l’arrêt et de ce fait tapent le dessous des pneus ….? 3 sur 4 ?
    Puis je tiens a signaler qu’une voiture essence pollue autant qu’un diesel quand elle n’est pas à temperature et pue aussi.
    La seule vraie solution a mon avis, réduire la circulation. Rendre le stationnement plus facile et abordable (il parait qu’une grande partie des problèmes de circulation Parisienne est du au véhicules qui tournent en cherchant une place de stationnement) et pourquoi pas le péage urbain….en créant des parkings à l’entrée de Paris relié au metro et autres transports en commun ou privé.

    • Bastiaan a dit :
      ” la plus grosse part des particules noires….l’usure des freins et des pneumatiques “.

      Et oui, et à quoi appartiennent tous ces organes ?
      Pas au vélo du livreur de journaux ou à la trottinette du gamin qui va à l’école !

      Le problème, au lieu de focaliser su le diesel, c’est l’ensemble du trafic dans Paris et beaucoup de grandes villes, alors qu’avec un peu de volonté des politiques, maires, bref, les “zélus”, on pourrait changer les choses.

      Parking en périphérie et gros développement des transports, voies cyclistes, voies piétonnes, petites voitures électriques etc… !

      Il y aura toujours des mécontents, mais quand ils n’auront pas le choix ils se mettront au pas comme d’habitude.
      Le Français râle mais il oublie vite !

      C’est pour la santé publique, on n’en est plus à tergiverser là, diesel, pas diesel, essence, pas essence, pneus, plaquettes, embrayages etc…..l’énorme explosion du parc automobile doit trouver une solution pérenne pour que l’air redevienne respirable avant qu’on ait tous des petites bouteilles d’air pur individuelles accrochées au dos !

      La balle est dans le camp des politiques, mais si la population ne pousse pas au c.l, rien ne se passera comme d’habitude en France.

  11. Je suis très déçu par cet article superficiel sur ce blog que j’apprécie d’habitude. Il est mis les différents type de motorisation en concurrence, alors qu’ils sont normalement voués à des utilisations différentes… malheureusement aujourd’hui les vendeurs n’arrivent pas à bien informer les acheteurs “pollués” par des légendes urbaines : Le diesel c’est économique, les différents filtres ont résolu les problèmes de pollution,… C’est triste, car on se posant les bonnes questions, on arrive naturellement sur le bon choix.
    – La force des moteurs diesel est la faible consommation à vitesse stabilisée : Donc c’est la motorisation idéale pour les personnes qui font une majorité d’autoroute. En ville la différence de consommation avec un moteur essence équivalent est faible… je ne parle pas des cycles normalisés, mais de la vraie vie!
    – la majorité des déplacements pour aller au travail font moins de 10 km autour et dans les villes… les moteurs thermiques ne sont jamais à température, ce qui est le pire en terme de pollution et de consommation. De plus a-t-on réellement besoin d’avoir 1000km d’autonomie ?? => le choix du véhicule électrique devrait être une évidence : Pas de boîte de vitesse (conduite zen en toute circonstance dans les bouchons), consommation nulle à l’arrêt,…
    – Le moteur essence a pour lui sa polyvalence : autonomie du véhicule, légèreté du groupe moto-propulseur, rejet de gaz nocif et irritant contenu (particule et Nox notamment).

    Après les hybridations en tout genre et autre stop&start, c’est impressionnant pour les cycles normalisés… mais la promesse n’est pas toujours au rendez-vous… pour caricaturer, comment peut-on considérer sérieusement qu’une 918 de plus de 770cv fait autour de 3l/100km !!

    Je parle ici que de motorisation (qui est le sujet de l’article), mais il y a aussi bien d’autre moyens de transport : la marche à pied pour les trajet de moins de 3km puis le vélo jusqu’à 10km, les transport en commun, le train pour partir en vacances,… mais là on touche plus à des problèmes de comportement sociétal…

    J’espère ne pas avoir été trop long pour ceux qui sont arrivé jusqu’ici 🙂

      • Désolé de vous décevoir, certes j’ai vécu 10 ans à paris, où je prenais les transports en commun tous les jours, car ma BMW M3 e30 n’appréciait pas de rouler au pas… Mais aujourd’hui je suis à la campagne, car -parmi d’autres facteurs- quand il faisait trop de soleil à paris, j’avais les voies respiratoires enflammées.
        Sinon aujourd’hui je possède toujours ma M3, mais aussi une mégane 3 RS… pas très compatible avec un élu vert parisien, même si j’étudie actuellement la Zoé pour aller au travail 🙂
        Ce qui me chagrine c’est que vous n’ayez retenu que mon “hors sujet” à la fin et non le cheminement de mon argumentaire.

  12. Ces chers élus veulent banir le diesel de Paris mais ils ont commandé de nouveaux bus équipés de moteurs…… DIESEL!
    Maintenant alors qu’ils réalisent leur(s) erreur(s) que vont-ils faire????
    Remplacer les moteurs de ces bus par des moteurs à essence ou GPL, cher sans doute, mais moins cher que de remplacer les bus.
    Ou remplacer les bus complets?
    Je parie qu’ils vont opter pour la deuxième solution…..

  13. Je pense que dans les commentaires beaucoup de choses sont oubliées
    1- Le diésel a été détaxé pour vider le surplus de gas-oil des centrales au démarrage du programme nucléaire.
    2- Les particules sont en effet plus fines et il y en a moins mais elle pénètrent plus profond dans les bronches.
    3- De plus cela me fait toujours rire quand je vois une voiture luxueuse à plusieurs dizaine de milliers d’euros diésel pour économiser quelques dizaine de centimes.
    J’aime la voiture et les envolées lyrique des moteurs essence quand au vieux bruit de tracteur des voitures qui commencent à avoir des kilomètres.
    Pour ce qui est de la pollution je pense qu’il vaut mieux donner les moyens de se passer de voitures dans les villes pour le quotidien barbant et utiliser sa voiture pour le plaisir.

  14. .Le CPU,
    chauffage parisien urbain, qui chauffe a 25 degres pres d’un million de foyers , tourne encore a plein régime en hiver alimenté vous savez par quoi ?
    De bonnes chaudières toutes encore a fioul.
    Réglons les problèmes par ordre de priorité ….
    Pascal Waroquier

    • Dans le fond, je suis d’accord avec vous, mais pourquoi prioriser ? il s’agit de budgets complétement différents… il n’y a aucune raison de les mettre en concurrence. 😉

      • Parce que vous croyez vraiment que l’on a à disposition des budgets pour tout, comme par enchantement ? Vous oubliez un peu vite la dette abyssale de la France !

        • Je ne vois pas bien le lien avec la dette de la france… jusqu’à maintenant je n’ai jamais entendu que la moitié de Paris était gelé en hiver, car les chaudières étaient HS et qu’il n’y a plus d’argent… donc quand il faut le budget, on le trouve. 😉 Sinon économiquement malheureusement le fioul reste extrêmement avantageux pour de grandes installations… qui veut voir sa facture de chauffage augmenter de manière significative ??? 🙁 Mais là on s’éloigne du sujet d’origine.

  15. Toujours cette aberration consistant à croire que le diesel actuel est propre parce qu’il répond aux normes Euro 6.
    J’ai déjà maintes et maintes fois dénoncé ce discours repris aux constructeurs. Mais je le répéterai encore et encore jusqu’à ce que l’on me prouve que j’ai tort. J’attends d’ailleurs toujours que l’un d’eux confirme ses dires via une étude réellement indépendante, mais rien ne vient jamais.
    – Les particules: le Fap semble efficace contre les MP primaires d’après l’Ademe, mais ne peut rien contre les particules secondaires (issues de transformation chimiques souvent causées par les système de réduction de NOx) qui se forment au-delà de l’échappement lorsque les gaz se refroidissent au contact de l’air (Source: notamment Ifsttar, via l’émission bien connue: http://www.youtube.com/watch?v=59j3PFQuXgk, à la fin du reportage (48:30)).
    Et ne parlons pas des problèmes du FAP lorsque l’on roule surtout en ville ni de la pollution qu’engendre la régénération de ce filtre.

    – Les NOx: ceux-ci sont mesurés selon un protocole (euro 6 donc) qui ne reflète absolument pas la réalité de la conduite de tous les jours: à faible charge, à régime bas et continu. En réalité, les diesels rejettent 2 à 5 fois plus de NOx qu’annoncé par les constructeurs. (source: plusieurs, dont l’émission cash investigation: interview d’un technicien travaillant pour le bureau européen qui gère ces normes, ainsi que le numéro de mai-juillet 2012 de la revue voiture écologique: https://dl.dropbox.com/u/10176361/Opel%20Ampera/Peut-on%20vraiment%20d%C3%A9polluer%20un%20diesel.pdf )

    – Les systèmes de réduction de ces Oxydes d’azote produisent beaucoup d’autres rejets néfastes comme le N2O (pas nocif pour la santé mais 300 fois plus néfastes en effet de serre que le CO2), les fameuses particules secondaires, parfois de l’ammoniac, etc… (source: notamment le lien vers l’extrait de la revue Voiture-Écologique ci-dessus + d’autres que je ne retrouve pas).

    Le pire, c’est que ces rejets cités juste ci-dessus ne sont même pas repris dans la liste des normes Euro 6 (et donc ne se retrouvent pas dans les tableaux de l’Ademe). A ce sujet, certains évoquent un accord entre L’Europe et les constructeurs de diesel. Pas impossible.

    Et je ne parle pas du coût supplémentaire de tous ces systèmes ni de celui de leur remplacement, ni de leur fiabilité pas toujours avérée, sans compter les soucis que l’on rencontre encore ça et là sur les turbos, volant-moteur, FAP donc, injecteurs et j’en passe.

    Certes, il y a aussi certains moteur essence à injection directe qui produisent des particules, mais il ne faut pas tous les mettre dans le même sac. Certains ne produisent pas de particules fines. Voir les tableaux de l’Ademe. De plus, les moteurs essence à injection indirecte restent encore les plus nombreux sur nos routes.
    Les moteurs essence à injection indirecte modernes sont actuellement les moins polluants des moteurs à pétrole du marché.

    Donc, s’il faut en effet prendre des mesures contre certains moteurs essence à injection directe, méfions-nous des amalgames et gardons à l’esprit que le diesel Euro 5 ou 6 n’est pas propre, contrairement à ce que certains essaient de nous faire croire, même si ces normes ont quand-même eu le mérite de faire avancer les choses. En attendant, une fiscalité identique pour l’essence et le diesel à la pompe est nécessaire dans un premier temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *