L’automobiliste entre dans l’ère de Big Brother

Les jours de l’automobiliste libre et sans entraves sont-ils comptés ? Après la multiplication des radars, voici maintenant que certains constructeurs mettent leurs clients sous surveillance ! Mais l’Union Européenne pourrait mettre tout le monde d’accord en imposant des brides électroniques. La fin d’une (belle) époque ?

La perspective de la généralisation des voitures autonomes vous déprime ? Après avoir lu ce billet, vous l’attendrez peut-être comme le Messie ! Car les Autorités regardent les conducteurs avec les sourcils froncés du maître prêt à tancer son élève indiscipliné : depuis 2013, le nombre de tués sur les routes de l’Union Européenne stagne, après trois années de baisse constante. La même tendance se profile en France, où le Premier ministre Edouard Philippe a instauré une limitation à 80 km/h qui peine toujours à convaincre ses concitoyens. Visiblement, la sécurité routière est arrivée à la fin d’un cycle.

Depuis 2013, le nombre de tués sur les routes de l’Union Européenne a cessé de baisser.

Du coup, la tendance est aujourd’hui à trouver des solution un peu plus coercitives que le bon vieux radar à papa. Et, pour une fois, les constructeurs ne sont pas en reste. Après avoir inventé la ceinture à trois points, puis s’être fait un champion de la sécurité passive, le suédois Volvo s’est fixé un objectif pour le moins ambitieux : qu’aucune personne ne soit tuée ou grièvement blessée à bord de ses voitures neuves à l’horizon 2020. C’est à dire demain ! Une “Vision 2020” qui, si l’on en croit le constructeur, ne passera pas que par des systèmes d’aides à la conduite ou des airbags supplémentaires, mais par une mise sous tutelle de l’humain installé au volant.

Pour Volvo, la vitesse, c’est dépassé

D’abord, celui-ci ne pourra plus excéder les 180 km/h : toutes les Volvo seront bridées à cette vitesse à partir de 2020. Selon le constructeur, “au-delà de certaines vitesses, les technologies de sécurité embarquées dans les voitures et des infrastructures intelligemment conçues ne suffisent plus pour éviter des blessures graves ou des morts dans l’éventualité d’un accident.” Une réflexion frappée au coin du bon sens, à une nuance près : les accidents à plus de 180 km/h sont rarissimes. Même en Allemagne, terre de la vitesse libre, seuls 9% des tués le sont sur des Autobahn qui concentrent pourtant 32% du trafic du pays. Les mauvaises langues diront que cette bride à 180 km/h permettra surtout d’optimiser l’autonomie des batteries des futures Volvo électriques…

Volvo veut truffer les habitacles de ses voitures de caméras afin de dépister les mauvais comportements des conducteurs.

Le constructeur aurait pu en rester là, mais non. Toujours à l’horizon des années 2020, Volvo veut également placer le conducteur sous surveillance. Sous vidéo-surveillance pour être précis : des caméras seront braquées sur lui, complétées par des capteurs, afin d’analyser son comportement en temps réel. L’objectif est cette fois de lutter contre la distraction, l’assoupissement ou la conduite sous l’emprise de drogues ou d’alcool. Si besoin, la voiture limitera d’elle-même sa vitesse, appellera l’assistance ou stoppera automatiquement en se garant sur le bas-côté. “Nous voulons lancer le débat”, explique Volvo dans son communiqué, “afin de déterminer si les constructeurs ont le droit – voire l’obligation – d’installer dans leurs voitures des technologies qui changent le comportement de leurs conducteurs.” Big Brother vous regardera… et ce sera vous qui l’aurez choisi !

Vous allez me dire que tout ça, c’est dans le futur, qu’on est encore tranquilles pour un moment, tant qu’on ne choisit pas une Volvo ? Pas si sûr ! Un hacker connu sous le pseudonyme de GreenTheOnly s’est en effet amusé à disséquer des Tesla accidentées recueillies dans des casses automobiles. Surprise : leurs ordinateurs contenaient une masse d’informations personnelles sur leurs propriétaires, des informations stockées en clair, sans aucun cryptage ! Ils ont ainsi pu déterminer qu’une Model 3 accidentée appartenait à une entreprise du BTP basée dans la région de Boston, et contenait les données d’au moins 17 appareils mobiles qui lui ont été connectés. Parmi ces données, des répertoires téléphoniques, des plannings de réunions avec les adresses e-mail de leurs participants, ou encore les 73 dernières destinations choisies dans le système de navigation. Pire : la voiture a même gardé en mémoire la vidéo de son accident, ainsi que les données permettant de le localiser dans le temps et dans l’espace (dans une petite ville du Massachusetts, à 23 heures 15 le 11 août dernier) !

Les voitures modernes en savent beaucoup sur vous, notamment grâce à votre téléphone portable.

Un cas particulier à la très technologique marque d’Elon Musk ? Peut-être pas ! La Federal Trade Commission américaine, qui gère les questions des droits du consommateur, conseille ainsi à ceux qui louent un véhicule de soigneusement effacer les données d’appariement de leur téléphone lorsqu’ils restituent l’auto, afin d’éviter que leurs informations personnelles ne tombent entre des mains indélicates…

Bridés, surveillés, voire espionnés : l’avenir s’annonce sombre pour les automobilistes attachés à leur liberté individuelle. Et ce n’est pas l’Europe qui calmera leurs inquiétudes ! En effet, des députés du Parlement Européen veulent rendre obligatoire le limiteur de vitesse géolocalisé sur les véhicules neufs à l’horizon 2021. Le principe est simple : la voiture dispose d’une base de données cartographique des limitations de vitesse route par route, ce qui lui permet d’automatiquement brider la voiture à la limitation en vigueur. Formidable ! À trois problèmes près… outre l’évidente ingérence que représente ce système. Premièrement, comment être sûr que la base de données est à jour ? Deuxièmement, comment assurer la cohabitation entre les véhicules bridés et ceux, plus anciens, qui ne le seront pas ? Enfin, troisièmement, ne risque-t-on pas de voir des conducteurs “zombies”, le pied à la planche en permanence en laissant le limiteur conduire à leur place ? On vous l’a dit : la voiture autonome apparaît d’un coup tellement séduisante !

7 réflexions au sujet de « L’automobiliste entre dans l’ère de Big Brother »

  1. Voyager en sécurité, avec le même véhicule, de mon lieu précis de départ à mon lieu précis d’arrivée, confortablement installé, en silence ou avec ma musique, seul ou avec ma famille et mes amis, avec une vue panoramique sur la paysage, en respectant la nature, restera pour longtemps un plaisir.
    Et si j’ai la nostalgie de tourner un volant ou de faire vroom vroom, j’aurai une oldtimer ou la réalité virtuelle! 🙂

  2. bonjour,
    je suis d’accord sur cette présentation qui devrait au départ être au choix du client mais pour celui qui accepte une réduction obligatoire de son assurance et un recourt en cas d’infraction sauf s’il a essayé de tricher…..sinon c’est parfait compte tenu des inconscients qui circulent en voiture ou deux roues…
    merci a tous ces ingénieurs qui cherchent a protéger les conducteurs toutes cétégories confondues…..
    cordialement M.Pastrie

  3. Le nombre d’accidents stagnent mais le nombre de kilomètres parcourus augmentent.
    Et c’est un cercle vicieux vers lequel on se profile, les conducteurs font de plus en confiance à leur système d’aide à la conduite. S’ennuie derrière le volant au régulateur et utilisent leur smartphones pour regarder des vidéos (si, si, demandez aux utilisateurs de 2 roues ce qu’ils voient en remontant les files).
    Résultat il faut encore plus de système d’aide…
    Je préférerais presque des systèmes de boites noires qui vous laissent le libre arbitre mais qui seraient utilisées en cas d’accident. Cela responsabiliserait plutôt que l’inverse vers quoi on tend.

  4. Pourquoi être obnubilé par les décés d’accident de la route, lorsque l’on vois le nombre de véhicule qui circule ensemble sur les routes.On devrait plutôt crier au miracle, qu’il y en ai si peut!
    Surtout si on a le courage de regarder la statistique du nombre de décés d’accident domestique.
    Qui l’eut cru qu’il était plus dangereux de d’utiliser un escalier que de circuler dans votre voiture?

Répondre à Rorotropic Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *