Pollution : le diesel n’a pas dit son dernier mot

Accusé de tous les maux, voué aux gémonies, le diesel est devenu l’ennemi numéro un de quasiment toute la classe politique. Pourtant, des voix s’élèvent pour rappeler que les diesels modernes n’ont plus grand-chose à se reprocher…

“Il est clair que les nouvelles voitures diesel, avec une calibration adaptée et un post-traitement efficace, peuvent afficher des niveaux d’émissions polluantes extrêmement bas”. La déclaration du patron d’un grand constructeur automobile ? Non : un extrait d’un communiqué de l’organisme indépendant Green NCAP, une instance de la FIA qui se veut l’équivalent de l’Euro NCAP en matière d’écologie automobile !

La carte de la "Zone à faibles émissions" du Grand Paris
La carte de la “Zone à faibles émissions” du Grand Paris

Pour le citoyen peu versé dans les arcanes de la technologie automobile, cette prise de position pourra surprendre. Après tout, depuis le scandale du Dieselgate, rares sont ceux qui osent encore défendre ce type de motorisation. La tendance est au contraire à le pointer du doigt comme la cause de tous les maux, et à l’ostraciser. Ainsi, la ville de Paris bannira-t-elle le diesel dès 2024. Le Grand Paris a décidé d’emboîter le pas : à la même date, les diesels seront priés de ne pas s’aventurer à l’intérieur de l’A86. D’autres municipalités, comme Grenoble ou Strasbourg, planchent sur des interdictions similaires. Peu importe qu’il s’agisse d’un vieux diesel des années 80 ou d’un modèle tout neuf sorti de concession, la sanction est la même. Car dès l’élaboration du très contestable classement Crit’Air, le décor était planté : seuls les modèles essence neufs peuvent prétendre à la vignette numéro 1, sésame qui permet de s’assurer l’accès aux centre-villes. Les diesels, fussent-ils compatibles avec les dernières normes antipollution européennes, doivent se contenter dans le meilleur des cas d’une vignette numéro 2.

Le barème de la vignette Crit’Air. Notez qu’aucun diesel n’est à l’heure actuelle éligible au macaron numéro 1.

Cette classification, édictée dans l’émoi suivant le scandale du Dieselgate, fait cependant fi des changements opérés entre temps : nouveau protocole d’homologation WLTP, vérifications des émissions d’oxydes d’azote (NOx) en conditions réelles (RDE), généralisation des systèmes de réduction catalytique sélective (SCR)… Aujourd’hui, une tricherie comme celle du Dieselgate serait tout simplement impossible. Au passage, toutes ces évolutions ont permis à la dépollution des diesels de faire d’énormes progrès.

Un véhicule équipé d'un système de mesure des polluants en conditions réelles (PEMS)
Un véhicule équipé d’un système de mesure des polluants en conditions réelles (PEMS)

C’est justement ce que révèlent les derniers tests effectués par Green NCAP, qui a été particulièrement impressionné par les résultats obtenu par la Mercedes Classe C diesel : “Ces dernières années, le diesel a été stigmatisé comme un carburant sale, mais la Mercedes C220d 4Matic montre qu’il ne devrait pas l’être.” Et pour cause : ce modèle décroche la note maximale du “Clean Air Index” de l’organisme, à savoir… 10/10 ! Jusqu’à présent, seuls des modèles électriques arrivaient à un tel résultat. Un cas unique ? Non, puisqu’un BMW X1 18d testé quelques mois auparavant avait déjà décroché un plus qu’honorable 9,4/10. Green NCAP n’est par ailleurs pas le seul organisme à parvenir à cette conclusion : l’automobile-club allemand ADAC avait déjà testé en avril dernier des diesels Euro6d-temp et avait noté qu’ils émettaient souvent des quantités de NOx équivalentes voire inférieures à celle du modèle essence de référence (éligible, donc, à la fameuse vignette Crit’Air 1 !).

Un diesel qui décroche 10/10 en dépollution ? Oui, c’est possible !

Du coup, on ne voit pas très bien ce qui s’oppose à l’élargissement de l’éligibilité Crit’Air 1 aux diesels neufs. En tous cas, le ministre des Finances Bruno Le Maire, soucieux d’épargner une filière industrielle déjà fragilisée, y est favorable. À l’inverse, Elisabeth Borne, ministre des Transports qui a également hérité du maroquin de la Transition écologique, y est opposée. Ultime paradoxe : le ministère de la Transition écologique est l’un des membres du consortium… Green NCAP ! Comme c’est d’usage dans ce cas là, on a donc désigné un comité Théodule pour départager les deux camps : une étude a été commandée à l’Institut Français du Pétrole et des Energies Nouvelles (IFPEN) et à l’ONG européenne Transport & Environment. Probablement parce que trois études valent mieux que deux ?

Injection directe diesel
Injection directe diesel

Bref, le diesel ne va peut-être pas finir totalement ostracisé. D’autant qu’il conserve de sérieux atouts, à commencer par des émissions de CO2 30% inférieures à l’essence, et une efficience énergétique imbattable sur longs trajets. En matière d’écologie comme dans d’autres domaines, rien n’est tout noir ou tout blanc…

20 réflexions au sujet de « Pollution : le diesel n’a pas dit son dernier mot »

  1. ne pas oublier aussi et surtout que le cycle Diesel …..sans allumage ; utilisant uniquement la compression du mélange permet d utiliser des carburants 100% végétaux type huile de colza …fourni par notre Agriculture nationale locale , pouvant donner de nouveaux débouchés à notre Agriculture Nationale et ainsi protéger notre approvisionnement national ….
    mais cela est peut être trop simple pour nos dirigeants super doués ….dans la “sonnerie” …sans cédille !!

  2. Le diesel a gagné haut la main, la bataille technique, il n’a pas encore perdu la bataille politique face a un consortium incompétent et carriériste,
    Merci pour votre article et je me permet de rajouter que à cylindrée égale ce moteur consomme moins qu’un essence et a plus de couple et mème si je roule peu je continuerai à rouler ” mazout “

    • Votre avis est partagé par de nombreux usagés, d’ailleurs votre lecteur qui roule diesel turbo
      depuis des années vient de commander une nouvelle diesel ( française ) pour renouveler sa
      monture.
      Nous ne nous laisserons pas ” enfumer ” par les détracteurs obtus et ignorants .

      Ludo , technico-commercial retraité .

  3. Ce qui prouve bien que nous sommes gouvernés par des tas d’ignares et incompétents !!!
    Et si seulement ce n’était que dans ce domaine…pauvre France!

  4. Et c’est reparti !
    Après avoir traité le diesel de tous les maux, et donc fait en sorte que toues les personnes influençables aient changé leur mazout pour de vertueuses essences, maintenant les nouveaux diesels vont redevenir le nec plus ultra de l’écologie, et très vite il va nous falloir pour rester de bons citoyens refaire le chemin inverse…
    Peut être peut on envisager qu’on nous prend parfois pour des…
    Je vous laisse choisir le mot qui vous convient.

    • Je suis heureux de rencontrer quelqu’un qui, comme moi, a compris que l’Etat se sert de nous pour faire tourner la machine économique de l’Automobile.
      Les experts “complices” nous prouvent que l’essence est plus écologiques que le Diesel, ensuite, quelques années plus tard, les mêmes nous démontrent le contraire, chaque GOGO change de voiture, et le business reprend. Mais ce cycle n’est pas près de s’arrêter !!!
      On peu continuer comme ça jusqu’à concurrence de disparition des GOGOS, mais ça prendra du temps et pendant ce temps le PIB continue à croitre.
      Vive le Business.
      Gidel

  5. Non seulement le diesel n’a pas dit son dernier mot, mais il s’imposera comme la seule solution face aux énormités ubuesques que la nomenclatura mediaticopolitique essaie de faire gober aux gogos

  6. Les diesels modernes sont beaucoup moins polluants que les essence et autre fantaisies hybrides ; seulement , ils consomment beaucoup moins donc les taxes ne rentrent pas dans les caisses ,c’est la seule raison a ce dénigrement du diesel ; le plus triste est que les gogos applaudissent des deux mains a tous les racontards de la presse aux ordres

  7. Dépourvus de logique et de bon sens, un certain nombre d’entre eux le sont totalement, et on se demande ce qu’ils foutent à des postes décisionnels ?
    IL FAUT RECLASSER CE GERE DE TOCARDS.
    Alors…,
    Quel carburant employer pour “CRAMER” tous ces cons de “pseudos-dirigeants” qui brillent plus par leur incompétence que par leur intelligence ?
    R: Les deux mon capitaine !

  8. Je conduis un mazout moderne de taille moyenne, et consomme moins de 5l/100 aussi bien sur autoroute à 130 qu’en cycle urbain…
    Ce genre de performance finira bien par atteindre le cortex de nos décideurs

  9. ce qui est curieux c’est que nos très très chères dirigeants et dirigeantes s’acharnent sur le diesel au lieu d’utiliser leur énergie et l’argent du contribuable a des enquêtes stériles, feraient mieux de regarder côté chinois et japonais qui sont en train de miser des sommes colossales pour le développement de l’hydrogène.
    De notre côté ont préfère dépenser des milliards à se pavaner dans les sommets pour soi-disant sauver la planète……… sommets qui se déroulent toujours dans des endroits très luxueux.(donc très chères)
    Ajoutons les sommes énormes nécessaires pour soigner les malades de la pollution, qui ne peuvent plus travailler donc du manque a gagner, plus tous ceux qui en meurent.
    Le prétexte utilisé ” cela revient trop chère .”……….je suis peut-être mauvais en calcul mais je pense que pour certains l’avenir de notre planète ils s’en foutent, seul le pouvoir et le profit les intéressent…………..
    j’ai 85 ans et il est urgent de réagir à l’échelle nationale pour laisser un héritage (plus propre) à nos enfants et petits enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *